Archives de ◊ juin 2004 ◊

• 1 juin 2004

Présents

F. MAVAL ; M. PRAT ; M. PONCHAUD (Comité de quartier), Centre Social Bordeaux-Nord : S. GIMONT, E. HELLER, F. PAQUET, A. GUENOLE, J. LESBATS, G. RANDO, M. DEYSSON, JP LASFARGUES ;U.B.A.P.S. : B. BERRIER, T. MEAR ; Collectif BORDONOR : M. KECHICH, I. VALLADE ; Art Cru : Guy LAFARGUE.

Il a été rappelé que la priorité de cette réunion était de 2 ordres :

Préciser le fonctionnement de ce groupe de travail ;

Elaborer le contenu des propositions à transmettre à la Mairie de Bordeaux

Jean-Philippe a fait une proposition d’ordre du jour – tournée vers les modalités de fonctionnement du groupe de travail- mais la discussion démarre et se poursuit plus spontanément.

M. PONCHAUD (Comité de Quartier) rappèle que des sondages ont eu lieu et que des propositions concernant la friche ont déjà étaient élaborés. Ces propositions peuvent s’ordonner autour de trois axes :

1) Un espace de détente et de loisirs de proximité, avec jeux pour enfants et adultes (pétanque….) ;

2) Un espace éducatif et pédagogique en direction des écoles et des associations du quartier, tel que des jardins botaniques… ;

3) Un espace assez ouvert pour accueillir sporadiquement des manifestations culturelles et spectaculaires

Sont aussi énoncés quelques idées :

Un parcours santé, autour du chemin qui relierait la rue Dupaty aux quais

La proximité avec les bâtiments pourrait être endiguée par des massifs de plantes et d’arbres…

Est re-précisé la nécessité de désenclavement de ce jardin par le moyen d’une rue qui relierait les rues Surson et Chantecrit, au niveau du fond du jardin.

La direction du Patrimoine est un pôle d’information et de documentation. Cependant, le plan de l’îlot qu’a présenté M. PONCHAUD et dont une copie est distribuée est incorrecte au regard des proportions des superficies des diverses parcelles constituant la friche.

Geneviève RANDO précise que les échéances pour le début des travaux ont été annoncées pour mi 2005. Il faut négocier la parcelle de la friche en l’état – et non atrophiée d’une bonne moitié du terrain comme cela fut annoncé par la Mairie. En effet, il y existe un projet de construction de logements bordant la future rue transversale (Surson – Dupaty) : DOMOFRANCE investirait dans l’emplacement des anciens chais PARROT.

Ce jardin doit être ouvert sur le quartier et accessible aux riverains. Il doit être pensé en terme de jonction mais aussi de friction.

Elle rappelle l’engouement généré lors des manifestations culturelles organisées par le Collectif BORDONOR et le Centre Social Bordeaux-Nord en 2003. Ce fait démontre bien l’attente des riverains concernant des manifestations sporadiques et d’ampleur sur ce site.

Mounir, après avoir revu Madame Murielle PARCELIER (adjointe au Maire et principale interlocuteur du groupe) précise que l’expropriation de la Société 4M (promoteur de la Résidence des Graves dont fait partie la parcelle –dite n° 1 – jouxtant la friche) ne sera pas effective de si tôt car il y a eu une procédure d’Appel. L’annonce de cette expropriation étant été faite par M. DUCHENE et Mme PARCELLIER de la Mairie de Bx lors de la réunion du 27 avril 2004 à l’U.S. Chartrons. Cela démontre bien qu’il faille négocier le terrain en l’état et non selon les projections de la Mairie (un tiens vaut mieux que deux tu l’auras !).

Les plans laissés par les services techniques de la Mairie à Olivier COCOSTEGUE (paysagiste riverain rencontré lors de la dernière réunion ) seront accessibles dès son retour, à partir de la fin de semaine.

Une demande de documents d’urbanisme, concernant la friche, son environnement et les projections faites, a été transmise à la Mairie.

Geneviève rappelle que le groupe reste opposé à la mise en réserve de la propriété de Madame DUPUCH selon les vues de la Mairie.

Concernant la parcelle de forme approximativement carrée qui donne sur la rue Dupaty (terrain nu, sans bâti), il a déjà fait l’objet de proposition d’achat de la Mairie mais reste à des prix inabordables.

Guy LAFARGUE, de l’Art Cru, nous informe que leur association entend changer d’affectation d’activités : ils désireraient développer les Arts Vivants autour de la poésie et de l’expression libre (domaine sans lieu d’accueil à Bordeaux). Les locaux et l’activité se tourneraient vers ce jardin. Il insiste aussi sur la nécessite d’obtenir l’ensemble du terrain.

Ensuite est proposé par M. PRAT de mener un Brain Storming et de rêver le jardin, c’est-à-dire de mettre de coté – dans un premier temps – les contraintes juridiques et pratiques…. Un tour de table est fait et quelques idées sont énoncées :

Mounir rappelle la nécessité de structurer le groupe et les procédures qu’il met en œuvre pour les négociations avec la Mairie de Bx mais tout le monde préfère le tour des rêves :

Pour que les espaces libres ne deviennent pas obligatoirement des terrains de foot, laisser les creux et les bosses, ne pas faire une pelouse, laisser l’herbe sauvage pousser, à tondre une ou deux fois par an, éventuellement envisager trois ou quatre brebis ( à gérer, à parquer….) ;

Faire sur une partie « un jardin de curé », c’est-à-dire un jardin planté de fleurs et autres laissés libres. Une phytosociété se créerait ainsi durant les années ;

Equiper le terrain d’un chapiteau mobile, d’une agora bâchable en demi-lune et d’un mur d’escalade ou d’expression à « tagger »

Un kiosque à musique ouvert ;

Que le mobilier du jardin (bancs, chaises, tables, jeux d’enfants…) soit créé et réalisé localement ;

Le corridor d’accès au jardin, pas si étroit que ça, peut être mis en valeur comme temps de passage de la rue (Dupaty) vers le jardin, par exemple en pratiquant des ouvertures en arceau dans le mur de séparation d’avec la parcelle n°1, qui serait donc modifié mais conservé ;

Viser l’autonomie énergétique du jardin, en l’équipant d’une éolienne chargée de puiser l’eau (proche de la surface) qu’on pourrait ensuite laisser courir en petit ruisseau et bassin en circuit fermé ou pas: fraîcheur en été, jeux pour les enfants…

Pourquoi pas un cinéma en plein air ?

Planter de vrais arbres fruitiers

Construire un four collectif

Réactiver l’expérience des terrains d’aventure

Prévoir un petit atelier de réparation des vélos, surtout pour les enfants

Au lieu d’un bac à sable, une dune de sable.

Dans tous les cas, le groupe, à la majorité, retient l’idée d’un jardin qui resterait plus ou moins sauvage et en friche, avec des éléments naturels (l’eau, la terre, le vent…) qui viendraient l’enrichir. L’idée d’un lieu de rencontre et de convivialité (une agora grecque, une halle couverte ou un kiosque ouvert ) fait son chemin…

Il fut aussi question de l’expérience des jardins d’aventures, expérimentés dans les années 80 (Entre autres, le Centre Social Bordeaux-Nord à l’emplacement de l’actuel Gymnase et l’expérience des Aubiers).

Un Atelier de Construction et d’Art Appliqué est formulé : La majorité du groupe souhaiterait associer les différentes associations et écoles riveraines pour construire le mobilier de la friche.

L’emplacement de l’ancienne salle Joséphine pose toujours question et il a été évoqué un atelier de mécanique ouvert à tous…

Dans tous les cas, se posent les questions de gestion de cet espace : faut-il ou non un salarié permanent ? La constitution du groupe de réflexion en association est évoquée mais la plupart trouve, tout en restant sensibles à la question, qu’il est du ressort de la Mairie de Bordeaux de formaliser et de gérer ces questions.

Yvan DETRAZ, de l’association « le Bruit du Frigo » rappelle qu’il peut constituer un fond de documentation pour donner une base de références à notre discours. Il préfère accompagner notre démarche et nous aider à formuler un projet cohérent et concerté plutôt que formuler un projet clé en main.

Le Centre Social Bordeaux-Nord propose une réunion dans « le Jardin de ta Sœur », pourquoi pas le 7 juillet, vers 18h00, avant « Un Eté au Ciné », séance de cinéma en plein air au parc Chantecrit.

– Conseil de Quartier le jeudi 10 juin à 18h30

à l’U.S. Chartrons (9, place St Martial)

– Prochaine réunion : le 17 juin à 18h30

au Musée de l’Art Cru, 34, rue Chantecrit.