Archives de la catégorie ◊ Comptes rendus ◊

• 4 mars 2009

Mardi 3 mars 2009, en présence des élues de la ville de Bordeaux, Nathalie Delattre maire de quartier et Anne Walrick en charge du développement durable, l’équipe Pétreau and Co (Céline Pétreau, architecte et Alise Meurise, paysagiste) a présenté l’avant projet sommaire de l’aménagement d’une partie du Jardin de ta sœur (aires de jeux, jardins pédagogiques).

Cette présentation qui a été validée par les élues de la ville et les membres du collectif est le fruit d’une étroite concertation entre l’équipe Pétreau and Co, les membres du collectif et les services de la ville de Bordeaux.

Nous mesurons le travail accompli depuis début 2004, quand le collectif s’est réunit pour la première fois. Cette étape est un grand pas dans le projet d’aménagement, de nombreuses choses restent à faire, à inventer, à construire. Nous sommes déjà sur de nouvelles pistes d’aménagement et d’usage en attendant le début des travaux prévus en juin 2009 pour une livraison fin 2009.

Voici quelques images qui permettent d’imaginer ce qui va être réalisé (images Pétreau and Co).

no images were found

• 23 février 2009

Notre ambition est de proposer un jardin qui s’adresse potentiellement à l’ensemble de la population du quartier, et pas seulement au voisinage immédiat. Sa taille conséquente (par rapport à une square de proximité) et ses multiples possibilités d’usages (par rapport à un jardin de ville ordinaire) le destine à un public élargit.

Son aire d’influence est comprise entre le cours du Médoc, le cours Lucien Faure, les boulevards et les quais, ce qui représente un temps d’accès piéton au jardin d’environ 15 minutes depuis les points les plus éloignés. Ce territoire correspond approximativement à une population de 10000 habitants (sources INSEE).

Toutefois, nous pensons que le jardin, grâce à son concept singulier (originalité des aménagements, multiplicité des pratiques, programmations d’évènementiels culturels) sera connu bien au-delà des frontières du quartier et attirera ponctuellement une population issue d’un territoire plus vaste, d’échelle communale.

– Un pôle important dans le quartier

La création du jardin aura pour effet de modifier la géographie locale. Notre volonté est de faire du jardin un repère, un point central dans le quartier, une sorte de place de village.

– Des accès multiples

Le jardin doit fonctionner non seulement comme un lieu où l’on décide de se rendre mais aussi comme un lieu de passage dans les parcours quotidiens des gens, un nouvel itinéraire dans le quartier. Pour cela il doit être traversable et offrir plusieurs possibilités d’accès.

Actuellement il n’existe qu’un seul accès au terrain, depuis rue Dupaty. Il est donc fondamental de désenclaver le futur jardin et de l’ouvrir davantage sur le quartier. D’autres accès doivent êtres créés : un accès à la future rue transversale qui serait ouverte entre les rues Surson et Chantecrit dans le cadre d’un projet de construction de résidences et un accès direct depuis les quais en utilisant le passage existant (« chemin vert »).

L’ensemble de cette démarche est accompagnée par L’association Le bruit du Frigo (association composée d’architectes, urbanistes, plasticiens).

• 23 février 2009

– Viser au maximum l’autonomie énergétique du jardin en développant des sources d’énergie propres et renouvelables : éoliennes, panneaux solaires…

– Récupération des eaux de pluies et utilisation des éventuelles sources du terrain pour l’arrosage et l’alimentation des fontaines d’eau non potable.

– Bacs à compost (valorisation des matières résiduelles, engrais naturel).

– Eviter l’utilisation de pesticides chimiques.

Une réflexion est en cours en partenariat avec la ville de Bordeaux pour travailler sur le classement du jardin au  Label EVE (espace vert écologique)

• 23 février 2009

Le caractère de friche comme qualité

Actuellement, le terrain est en friche. C’est un vaste espace libre non aménagé.

Il serait souhaitable que le jardin conserve son caractère bucolique et champêtre pour la sensation de liberté et d’ailleurs qu’y s’en dégage, et qu’il conserve cet état de friche, où l’on se dit que les choses ne sont pas figées et que tout reste possible.

On pourrait imaginer une prairie plutôt qu’une pelouse, on pourrait garder les creux et les bosses du terrain, laisser l’herbe sauvage pousser à certains endroits…

Un mobilier créé spécialement pour le jardin

L’ensemble mobilier (bancs, tables, transats, abris, jeux d’enfants, sculptures, fontaine…) pourrait être imaginé et fabriqué par des artisans ou habitants du quartier, par des artistes invités ou par des jeunes dans le cadre d’ateliers pédagogiques. Chaque mobilier serait ainsi une œuvre unique.

• 23 février 2009

Pourquoi un jardin partagé ?

Le jardin que nous envisageons est différent d’un jardin de ville ordinaire, d’un parc ou d’un square de quartier.

Nous le qualifions de jardin partagé parce que son utilisation sera partagée entre ses différentes catégories d’usagers – les habitants (enfants, adolescents, familles, personnes âgées) et les acteurs du quartier (associations, écoles…) – et qu’il devra répondre à leurs attentes respectives.

C’est un espace pour tous et à usage multiple.

C’est un espace de croisement, de rencontre et d’échange.

C’est un espace vivant et en mouvement.

L’idée est qu’il puisse en partie être transformé au fil du temps et au gré des saisons, pour répondre à l’évolution des besoins et des envies des usagers (en particulier les associations et les écoles).

Quel type de jardin partagé ?

Notre projet de jardin partagé se décline en trois axes complémentaires :

1 – Un laboratoire de création et d’expérimentation

C’est la spécificité du projet, ce qui rendra le jardin atypique et singulier. Cet aspect concerne surtout les acteurs du quartier susceptibles d’investir le jardin pour y développer leurs projets en lien avec leurs publics (jeunes ou adultes).

Certains espaces du jardin devront être réservés à ces pratiques alternatives :

– Aménagement de petits jardins (potagers, jardins paysagers),

– Installations temporaires (par exemple une « plage de proximité » : piscine et petite dune de sable),

– Constructions éphémères (sculptures, cabanes, jeux…),

– Ateliers de création artistique, de manipulation et de bricolage,

– Zone d’expression libre (mur de graffitis)…

Pour les jeunes, le jardin deviendrait ainsi un espace pédagogique, un lieu d’apprentissage de la nature et de sensibilisation à l’environnement urbain.

L’idée d’un espace public extérieur comme laboratoire d’actions collectives, où des choses s’inventent et se testent n’est pas nouvelle. Elle correspond à une volonté affirmée par bon nombre d’acteurs du quartier et s’appuie sur des pratiques déjà menées et qui ont fait leurs preuves (tout particulièrement sur ce site). Le point d’orgue étant la journée publique du 5 juillet 2003 et l’inauguration du « jardin de ta soeur » (transformation temporaire de la friche en jardin et manifestations culturelles).

2 – Un espace évènementiel

Dans la continuité d’actions déjà menées sur ce terrain par les associations culturelles, le jardin devra permettre d’accueillir ponctuellement des manifestations publiques, culturelles et festives :

– représentation théâtrale,

– spectacle de cirque, de danse,

– projection cinéma en plein air,

– concerts, bals,

– terrain de jeux provisoire (jeux de piste, skate parc)…

Cela suppose de prévoir les aménagements et installations adéquats : espace libre pour installer un scène ou planter un chapiteau…, branchements électriques, dispositifs de sécurité…

3 – Un lieu quotidien de détente et de loisirs

Le jardin devra aussi fonctionner comme un jardin de proximité, à la fois calme, accueillant et confortable. Un endroit où l’on se rend volontiers en rentrant du travail pour se détendre. Un endroit où l’on décide de passer un après midi à bouquiner. Un endroit où l’on peut voir du monde et faire des rencontres. Un endroit où l’on amène ses enfants jouer après l’école…

Promenade, repos, course à pied, pique-nique, jeux, bronzette… Le jardin doit donner envie d’être pratiqué et offrir l’équipement et l’agrément nécessaire à son appropriation quotidienne : bancs, tables, transats, abris, jeux d’enfants, sculptures, plantations (arbres, arbres fruitiers, parterres fleuris), recoins, cheminements, sanitaires et point d’eau, fontaine, plan d’eau…

D’autres aménagements permanents, plus originaux, pourraient être imaginés :

– une agora (comme lieu de rencontres informelles et de spectacle),

– un kiosque couvert (comme les anciens kiosques à musique),

– des barbecues publics pour des pique-niques,

– des jeux pour les grands (un mur d’escalade, une roue de hamster géante, une tyrolienne, un tatami pour chahuter et se rouler par terre, pour les premiers pas…),

– un portique de bienvenue à l’entrée du jardin (comme dans les parcs d’attraction),

– des minis pistes de danse (avec possibilité de brancher des postes radio et écouter de la musique)…

• 23 février 2009

Depuis plusieurs années, certaines associations (le collectif Bordonor, le Centre Social Bordeaux Nord, Théâtre La boîte à jouer…) organisent des manifestations culturelles et festives sur le terrain en friche situé au 74 rue Dupaty. Le succès public de ces rendez-vous témoigne à la fois de l’attachement des gens vis-à-vis de cet espace et confirme leur l’intérêt pour des manifestations ponctuelles et d’ampleur sur ce site.

Ce terrain, appelé « friche Dupaty » où « jardin de ta sœur » (nom donné par les jeunes à ce terrain en 2003) constitue une opportunité foncière exceptionnelle dans le quartier, à même de répondre aux besoins des habitants et des acteurs locaux. Nous pensons que son potentiel spatial et paysager doit être mis au service d’un projet d’espace vert public, libre et ouvert à tous

• 23 février 2009

Quel rôle pour ce groupe de travail :

Ce groupe de travail a pour but d’accompagner la réalisation d’un jardin ouvert au public sur l’actuel site de la friche Dupaty, 74 rue Dupaty, 33300 Bordeaux.

Réfléchir et proposer des hypothèses dans le but de définir un projet de jardin et son cahier des charges.

Le groupe de travail assure un rôle de médiation et d’informations auprès des habitants du quartier aux moyens de :

De manifestations publiques sur terrain

D’une communication interne aux usagers de chaque structure

D’une documentation consultable par tous (support-papier et site Web) dans chaque structure.

De réunions et/ou atelier public pour collecter témoignages et/ou idées ou informer sur l’avancée du travail.

-D’implication d’autre groupes constitués et pouvant trouver un intérêt dans le projet (associations de locataires, associations de parents d’élèves…).

Un suivi du projet auprès de la ville de Bordeaux

Le collectif se positionne comme un partenaire de projet légitime et identifié vis-à-vis de la mairie, aussi bien avec les élus concernés que les différents services municipaux impliqués.

Il assure un rôle de :

– Proposer et défendre notre projet pour le jardin

– Suivre les évolutions et orientations politiques, techniques, règlementaires liées au projet (périmètre du terrain, tractations immobilières, projets urbains sur le secteur…).

Modalités de fonctionnement :

– Le collectif se réunit en moyenne une fois par mois.

– Un compte-rendu rédigé est envoyé à l’ensemble des membres à l’issue de chaque réunion. (par mail ou courrier).

– En début de réunion, une ou plusieurs personne (s) se propose (nt) pour prendre en charge la prise de note et la rédaction des comptes rendu.

Différents types de réunions :

Réunions internes au collectif

Temps de rencontres avec la population (réunions publiques, manifestations,réunions internes à chacun des membres du collectifs avec leurs usagers…

Réunions avec la mairie (avec les élus et/ou les techniciens)

Le projet de jardin proposé traduit les souhaits des membres du collectif, ainsi que ceux de jeunes du quartier

• 27 janvier 2009

Présents :

Aline Lucbernet, Florence Tchandaroff, Vincent Bergeot, Georgette et Jean Pierre Pejoux, Céline Garnung, Marion Reiss, Marcel Felice, Frédéric Paquet, Sylvette Gimont, Yvette Fragnaud, Danie Bousseau, Jean Philippe Lasfargues.

Excusées : Micheline Lougarre, Valérie Mugica, Ecole maternelle Joséphine, Madeleine Booussard, Florence Proust, Geneviève Rando

Petit rappel de la dernière rencontre avec l’équipe d’architectes et la ville de Bordeaux :

Il n’y a plus besoin de réaliser une bande « pompier » le long de la résidence des Graves. En revanche suite à la rencontre avec les services sécurité incendie, le positionnement du chapiteau semble possible devant la résidence. Ils ne se prononcent pas sans dossier technique et demande de manifestation publique.

Monsieur Lateyron chargé de l’électricité des manifestations publiques à la ville de Bordeaux, doit étudier deux propositions pour alimenter le jardin durant les manifestations : soit par l’installation d’un compteur, soit par la mise en place de groupes électrogènes. On attend ses conclusions.

Durant la réunion du 27/01/2009 nous avons abordé plusieurs points :

L’éclairage public la nuit (hors manifestation), la position du collectif est de ne pas éclairer le site quand il est fermé.

Nous avons détaillé le programme présenté lors de la dernière réunion, voici nos remarques (ci-joint en « pièce jointe »):

Le auvent permanent, en quelle matière est la toile, est-il tout le temps installé ou uniquement pour des occasions ?

Les points d’eau, où seraient-ils exactement, y a-t-il un robinet de service pour l’arrosage des jardins pédagogiques ?

L’emplacement de l’espace chien a suscité un débat toujours aussi passionné, nous souhaiterions positionner l’espace en début d’entrée, le long de la grille. Et maintenir sur différents endroits du site, des distributeurs de poches.

Quelle est la taille du local technique et comment est le toit ? A notre avis 2 à 4m² feront l’affaire.

L’idée d’un miroir du côté de la parcelle boisée pose la question des oiseaux, qui peuvent être trompés et s’écraser contre. Marcel Félice pose la question à la ligue protectrice des oiseaux.

Globalement nous souhaitons connaître les différentes natures des équipements ainsi que leurs couleurs : mur, sol souple, tubes, toboggan, cabane…

Remarque : nous avons le sentiment que de nombreux équipements sont en béton ou fer, ce qui donne un côté un peu trop minéral à notre goût, c’est pour cette raison que nous souhaitons connaître la nature de l’ensemble des équipements.

Quelle sera la superficie de la piscine (jeu pour les 0/3 ans).

A l’origine nous avions convenu d’un préau prés des jardins pédagogiques, a-t-il disparu ou est-ce un oubli ?

Pour les jardins pédagogiques, Florence Tchandaroff des jardins d’aujourd’hui signale que le BRF ne suffira pas qu’il faudrait quand même un apport de terre d’environ 10m³.

Nous faisons la remarque concernant les revêtements de sol obligatoires pour les aires de jeux. Le gravier est-il une solution moins onéreuse et plus dans l’esprit de la friche ?

Y a t-il la possibilité d’avoir des revêtements de sol mixtes en fonction des aires de jeux et de leur tranche d’âges ?

plan-d'amenagement

• 17 décembre 2008

Destinataires : Le membres du collectif, la ville de Bordeaux, L’équipe Pétreau en Co.

Présents :

Florence Proust, Madeleine Boussard, Brigitte Bernier, Céline Garnung, Jean Pierre Péjoux, Yvan Detraz, Dani Bousseau, Georgette Péjoux, Florence Tchardaroff, Geneviève Rando, Jean Philippe Lasfargues ainsi que la directrice de l’école Stendhal.

Excusés : Isabelle Vallade, Laurent Guyot, Valérie Mugica, Dominique Bricout , Chantal Mielin, Yvette Fragnaud.

(Impossible de retrouver la feuille d’émargement, donc désolé pour les oublis et les noms incomplets).

Lors de cette réunion nous avons fait le point sur les propositions de l’équipe Pétreau and Co.

Nous sommes satisfaits de la proposition globale, nous avons essayé durant cette réunion de définir à la fois les éléments qui nous semblent indispensables et de préciser nos attentes :

 Concernant l’aire de jeux des tout-petits (0/6 ans), nous souhaitons retrouver :

Différents niveaux de sol, des éléments tunnel, de glisse, des objets d’éveil (touché, couleur, forme…).

En revanche nous ne souhaitons pas retrouver de jeux à ressort ,tourniquet et bascule.

Près de cette aire, nous souhaitons un point d’eau potable ainsi que des assises pour les parents.

La situation de cette aire sur le plan nous semble correspondre à différentes remarques : ombre, vision sur le reste du jardin.

 Pour l’aire de jeux des 6/12 ans :

L’idée des toboggans et des ouvertures dans le mur nous satisfait.

 Nous ne souhaitons pas l’installation d’une boule d’acier.

 Nous confirmons notre souhait d’un local technique des jardins pédagogiques de 2X3m qui sera intégré au mur à tenant des jardins.

 L’idée de la buvette est en suspend ou en tout cas à préciser notamment sur son positionnement qui ne prend en compte que les manifestations qui donnent sur la résidence.

Par la suite, nous avons relevé toutes une séries de questions ou de précisions que nous vous présentations en vrac :

Quelles sont les plantations prévues : haies végétales, haires fruitières, labyrinthe…

De quelle nature sera le mur au niveau de la partie « mur d’escalade ». ? Nous nous interrogeons sur une éventuelle « poche à risque ». est-il possible de le déplacer ?

Le manège ne peut-il pas faire place à une fontaine avec des jeux d’eau ?

Si l’idée du manège devait rester nous lançons l’idée d’un mécanisme (vélo fixe) qui permettrait de le faire fonctionner. En revanche le positionnement du manège peut gêner une éventuelle ouverture par les locaux de l’Art Cru.

Comment se feront la récupération des eaux pluviales : souterraine ou aérienne ?

La cuve sera-t-elle enterrée ou bien en hauteur ?

Où pensez-vous placer des points d’eau potable ?

Quelle sera la nature du sol plissé ?

Est-il envisageable de déplacer la fleur d’utopie en remplacement de la boule d’acier ?

Des moulages de moutons et chiens à l’échelle 1/1, nous semblent une bonne idée.

Nous souhaitons matérialiser l’espace chien par une barrière légère et un portillon.

Nous maintenons l’idée d’un préau au niveau des jardins pédagogiques, équipé d’un plan de travail permettant de rempoter, pique niquer, espace de travail pour différents ateliers avec des bancs.

Y a-t-il des bancs ou des assises prévues sur la partie libre ?

Nous maintenons également l’idée de fixation pour la mise en place de stand léger sur différents points du mur.

Nous sommes tous heureux de travailler sur ce projet, et le collectif est conscient des délais impartis. Nous avons encore beaucoup de questions en suspend et nous avons hâte de découvrir les premiers croquis en janvier 2009.

En souhaitant de bonnes fêtes à tous

• 11 décembre 2008

Présents :

Elues de la ville de Bordeaux : Nathalie Delattre, Anne Walrick

Maître d’œuvre: cabinet Pétreau and Co avec :

Céline Pétreau, Alise Meurise

Maître d’ouvrage: Ville de Bordeaux représentés par :

Direction des espaces verts : Jean Pierre Esclair

Bureau d’étude : Ludovic De Renty, Le Mevel Nolwenn, Eric Pommiès, Philippe Lefevbre

Vie des quartiers : Marie Fanny Seurin

Développement social urbain : Guillaume Sengenes

Les membres du collectif du jardin de ta sœur

Rappel :

Cette réunion fait suite à la première rencontre avec les services de la ville de Bordeaux (le 01/12/2008) et la réunion interne au collectif (du 08/12/2008).

Cette rencontre avait pour objectifs de présenter les différents éléments du pré programme :

Présentation des éléments et des différents paramètres de l’aménagement : situation, usages…

Rappel de la position du collectif lors de la réunion du 08/12/2008, à savoir :

Détermination de 2 périmètres :

Espace d’équipement pérenne : mur, jeux, jardin

Espace libre permettant la venue ponctuelle de manifestations (notamment l’implantation d’un chapiteau).

Cf schéma d’implantation sous réserve de la possibilité d’installer un chapiteau aux pieds de la résidence.

Madame Nathalie Delattre, maire de quartier, informe de la nécessité de créer une bande pompier de 4 mètres le long de la résidence avec une raquette de retournement.

Elle est tout à fait favorable à la considération pour le projet d’un futur accès public en fond de jardin et précise que les locaux de l’Art Cru sont toujours en cours de négociation.

En cas d’issue favorable, le projet doit pouvoir intégrer un usage commun (accès, jardin, locaux…).

Anne Walrick, l’élue au développement durable, confirme l’intérêt de la ville de Bordeaux pour toutes dispositions en faveur du développement durable (récupération des eaux pluviales, énergie solaire, composteurs partagés…). Elle confirme également la politique des espaces verts en matière de gestion raisonnée (respect de la biodiversité, tonte annuelle, produits respectueux de l’environnement…).

Le collectif se félicite de cette position car il défend l’idée de conserver l’esprit « friche » de cet espace tout en favorisant des équipements répondant aux besoins de la population locale.

Jean Pierre Esclair, directeur des espaces verts, rappelle la somme de 150 000 € affecté à l’aménagement du jardin de ta sœur et confirme que si la concertation aboutit favorablement, les travaux devront débuter en juin 2009 pour une livraison fin 2009.

Il confirme qu’à l’issue de cette étape d’autres aménagements peuvent être envisagés.

Le problème de rétention d’eau à l’angle de la résidence a été porté à l’attention des services de la ville, il conviendrait que des solutions soient apportées aux causes de ce phénomène lors de la réalisation de l’accès pour les pompiers.

La présentation globale de l’équipe Pétreau and Co correspond aux attentes du collectif à savoir :

Respect des 2 zones ( espace pérenne / manifestation publique)

Mur avec jeux pour enfants, adolescents, buvette, jardin fixe, jardins satellites.

Le bureau d’études de Pétreau and Co confirme la faisabilité de récupération d’eaux pluviales de la toiture de l’Art cru dont le calibrage de 30m³ est estimé suffisant pour le jardin.

Par ailleurs des sondages de sol ont été positionnés. Nous tenons à avoir communication des résultats.

Cette esquisse est à soumettre pour avis aux services de sécurité et à l’architecte des Bâtiments de France.

Le collectif émet les remarques suivantes :

L’esprit « mur » est à valoriser : éléments de lien entre les objets rappelant le mur

Aménagement et organisation des jeux entre eux (conflits d’usage…), mesurer les risques des zones enclavées.

Interaction entre la parcelle boisée et les jeux : trouver un équilibre entre les jeux et le caractère plus intime de cet espace.

La buvette, emplacement à repositionner (pour répondre à un usage plus fréquent).

Rappel de la nécessité de prévoir des points d’eau potable publics et les fourreaux en attente pour l’électricité.

Importance d’un local technique attenant au jardin potager fixe.

Il nous semble essentiel de déboucher sur une estimation financière en concordance avec l’enveloppe et les attentes du collectif, avant de s’engager vers d’autres propositions (ex : la boule d’acier, moulages…).

Le collectif tient à souligner l’importance qu’il attache au respect des règles de son fonctionnement :

Les décisions sont prises par le collectif et collectivement

Nous sommes conscients des exigences et de la réactivité demandées à chacun (équipe sélectionnée, ville de Bordeaux et Collectif du jardin de ta sœur). La réussite de cette concertation dépend de cette implication mutuelle.

Pour finir voici les prochaines dates :

Atelier de concertation ville/ Péreau and Co / Collectif :

Mardi 13 janvier 2009 à 18H

Jeudi 29 janvier 2009 à 18H

Présentation avant projet définitif (APD) :

En présence des élues

Mardi 12 février 2009 à 18H

L’ensemble de ces réunions se fera au Centre Social Bordeaux Nord.

Ce compte rendu a été rédigé par :

Georgette Péjoux, présidente du comité de quartier Bordeaux Nord / Chartrons / Saint Louis

Jean Philippe Lasfargues, Centre Social Bordeaux Nord